lexique stomie termes

lexique stomie termes

Lexique Stomie Termes Stomies

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

jeudi 7 juin 2012

Lexique Stomies

 

Ce lexique a pour objectif principal de vous faciliter la compréhension des termes médicaux que vous rencontrerez sur ce site dédié à la colostomie, l’iléostomie et l’urostomie.

Il est régulièrement étoffé au fur et à mesure de la mise en ligne de nouveaux articles pour votre information.

Si malgré tous nos efforts, certains termes vous paraissent imprécis ou si certains autres font défaut, n'hésitez pas à nous en faire part en nous envoyant un courrier électronique à info@stoma-ilco.org

 

Retour en haut de page
A

 

Abcès : Amas de pus dans une cavité creusée dans un tissu.
Abdomen : Région inférieure du tronc: le ventre.
Ablation : Elimination de toute ou partie d'un tissu.
Accélérateur linéaire de particules : Appareil de traitement destiné à la radiothérapie externe permettant de communiquer des vitesses très élevées à des particules (électrons, photons).

A.C.E. : Antigène carcino-embryonnaire.
Acétonurie : Présence d'acétone dans les urines.
Adénocarcinome : Tumeur maligne développée à partir d'un tissu glandulaire.
Adénome - Adénofibrome : Tumeur bénigne (non cancéreuse) développée sur un tissu glandulaire (une glande).
Adénopathie : Ganglion augmenté de volume et palpable.
Adjuvant : Traitement administré en complément du traitement local et destiné à renforcer celui-ci.
A.D.N. : Acide désoxyribonucléique. Il constitue l'essentiel des chromosomes du noyau cellulaire.
Aérophagie : Le fait d'avaler de l'air qui pénètre dans l'estomac.
Aigu : Signe ou maladie apparue brutalement et habituellement rapidement régressif.
Alimentation parentérale : Alimentation par voie intraveineuse, en cas d'insuffisance par voie digestive.
Alopécie : Chute temporaire des cheveux et/ou des poils, partielle ou totale. La chimiothérapie peut provoquer l'alopécie.
Ambulatoire : Se dit d'un traitement qui permet au malade de se déplacer et de vaquer à ses occupations.
Amputation abdomino-périnéale : Ablation du rectum emportant l'appareil sphinctérien de l'anus, suivie d'une colostomie définitive. Cette intervention n'est plus réalisée aujourd'hui que dans 20% environ des cancers de l'anus, ceux situés sur le bas rectum et pour lesquels le respect d'une marge de sécurité lors de la section sous la tumeur impose le sacrifice sphinctérien.
Analgésie : Abolition de la sensibilité à la douleur.
Anastomose : Abouchement de deux organes creux entre eux, rétablissement de la continuité entre eux. Par exemple, anastomose colorectale entre le côlon et le rectum.
Anastomose iléo-anale : Abouchement de l'intestin grêle sur l'anus, après ablation de la totalité du côlon et du rectum. Traitement chirurgical de référence de la rectocolite hémorragique et de la polypose adénomateuse familiale.
Anatomo-pathologiste : Médecin spécialisé dans le diagnostic des maladies par l'étude au microscope des tissus prélevés par chirurgie ou ponction à l'aiguille fine.
Anémie : Diminution du nombre de globules rouges dans le sang.
Anesthésie : Perte de la sensibilité, provoquée par la maladie ou par un médicament.
Anoplastie : Artifice chirurgical utilisé dans le traitement des fissures de l'anus qui consiste, après avoir enlevé la fissure, à glisser partiellement une petite partie du revêtement voisin dans la plaie pour en faciliter la cicatrisation.
Antalgique : Qui agit contre la douleur.
Anticoagulant : Médicament qui empêche la coagulation du sang.
Anticorps : C'est une substance produite par un organisme où à été introduit un antigène.
Antiémétique : Qui prévient ou qui arrête les vomissements.
Antigène : Substance qui, introduite dans un organisme, stimule la formation d'un anticorps, qui ensuite la neutralisera.
Antimitotique : Qui empêche la multiplication des cellules. Principe de la chimiothérapie du cancer.
Antiseptique :  Médicament ou substance qui empêche des micro-organismes sur les tissus vivants.
Anurie : Absence totale d'urine dans la vessie.
Anus artificiel : Abouchement de l'intestin à la peau de la paroi abdominale. On parle aussi de stomie (colostomie si c'est le côlon qui est abouché, et iléostomie s' il s'agit de l'intestin grêle). Un anus artificiel peut être définitif (comme en cas de cancer du très bas rectum nécessitant une amputation abdomino-périnéale), ou temporaire, pour protéger pendant quelques semaines une suture entre le côlon et le moignon rectal restant (comme après une anastomose colorectale basse faite pour cancer du rectum).
Anuscopie : Examen visuel de la partie interne de l'anus réalisé grâce à un tube de petite taille (anuscope).
Anxiolytique : médicament qui apaise l'anxiété.
Aplasie : Diminution momentanée du taux de fabrication par la moelle osseuse des globules rouges, globules blancs et plaquettes, d'un ou plusieurs types cellulaires, d'où une répercussion sur la formule sanguine. L'aplasie peut être provoquée, en vue d'une greffe de moelle osseuse.
Appareil digestif : Ensemble des organes utiles à la transformation, à la sélection, à la récupération et au rejet des aliments ingérés.
Appendice : Petite excroissance prolongeant le caecum.
Appendicite : Inflammation de l'appendice.
Appendicectomie : Ablation de l'appendice.
Artère : Conduit ou canalisation qui chemine dans les tissus pour transporter un sang riche en oxygène.
Ascite : épanchement d'un liquide dans la cavité péritonéale, provoquant une distension de l'abdomen.
Atrophie : Diminution de volume d'un organe.
Autogreffe de moelle : Greffe de moelle pratiquée chez le patient à partir d'un prélèvement de sa propre moelle osseuse.
Avitaminose : Carence en vitamine.

Retour en haut de page
B

Bactéricide : Qui détruit les bactéries.
Bactériémie : des bactéries passent dans le sang à partir d'un foyer infectieux et provoquent frissons et poussée de fièvre.
Bénin : Se dit d'une tumeur ou d'une maladie lorsqu'elle ne met pas en jeu la vie d'une personne.
Bénigne : Se dit d'une maladie non cancéreuse.
Biopsie : prélèvement de tissu sur un être vivant, en vue d'un examen histologique, par microscope.
Biopsie-exérèse : Ablation totale d'une tumeur aux fins d'examen microscopique de celle-ci.
Biopsie guidée : Prélèvement réalisé sous contrôle échographique ou radiographique.

Retour en haut de page
C

Caecum : Cul-de-sac formé par la partie initiale du côlon.
Caillot : Elément gélatineux limité, formé par l'accumulation d'un liquide (sang le plus souvent) qui a coagulé.
Calcul : Lithiase, pierre.
Calice : Organe des voies urinaires.
Canalaire : Adjectif faisant référence au canal. Il est souvent utilisé pour caractériser un élément du canal anal.
Cancer : Se dit d'une tumeur ou d'une maladie née de la multiplication de cellules agressives dont les systèmes de surveillance de notre organisme ont perdu le contrôle. Il peut se traduire par l'envahissement d'un ou plusieurs organes sains qu'il détruit.
Cancer invasif : Cancer avec des cellules néoplasiques franchissant la membrane basale, entraînant un risque d'extension métastatique, en premier lieu ganglionnaire.
Cancérogène ou cancérigène : Qui peut provoquer un cancer.
Cancérologie : Discipline scientifique et médicale qui étudie et traite le cancer. (synonymes : carcinologie, oncologie)
Canaux déférents : Canaux conduisant le sperme des testicules à l'urètre.
Carcinome : Tumeur cancéreuse affectant soit le tissu de revêtement (épiderme, muqueuses), soit le tissu glandulaire.
Carcinome épidermoïde : Tumeur maligne développée à partir d'un tissu de revêtement d'un organe.
Carcinome in situ : Cancer non invasif . Il s'agit d'une lésion que l'on peut considérer comme pré-cancéreuse.
Casque réfrigérant : Bonnet souple utilisant le froid pour éviter la chute des cheveux liée à certaines chimiothérapies. Il est porté durant le temps de la perfusion.
Cathéter (ou cathéter tunnelisé) : Tubulure introduite dans une veine profonde pendant quelques mois, pour permettre l'administration de la chimiothérapie sans abîmer les veines des bras.
Chambre implantable : Boîtier implanté sous la peau, relié à une veine profonde, permettant d'injecter les médicaments. Se dit aussi « capsule ».
Chancre : Ulcération indurée, propre, siégeant au niveau des organes génitaux à la bouche ou à l'anus. Il est peu douloureux et disparaît spontanément en trois semaines.
Cholécystectomie : Ablation de la vésicule biliaire.
Chimiothérapie : Administration d'un médicament destiné à soigner une maladie ou à enrayer sa progression ; on parlera d'action antimitotique.
Chimiothérapie adjuvante : Chimiothérapie utilisée après un traitement locorégional : chirurgie ou radiothérapie.
Chimiothérapie néoadjuvante (ou première) : Chimiothérapie utilisée avant un traitement locorégional : chirurgie ou radiothérapie.
Chirurgie conservatrice : Acte chirurgical limité, visant à retirer la tumeur sans ôter l'organe dans sa totalité.
Chirurgie réparatrice : Opération destinée à corriger ou rétablir une forme du corps ou une fonction proche de la normale (chirurgie de reconstruction).
Chronique : Se dit d'un signe ou d'une maladie qui s'exprime de façon permanente ou régulière sur une longue période de temps.
Colectomie totale : Ablation de la totalité du côlon (en conservant le rectum) avec rétablissement du circuit par une anastomose iléo rectale (entre l'intestin grêle et le rectum).
Cobalt : Minerai utilisé en thérapie du cancer dans un appareil de traitement délivrant un rayonnement utilisé en radiothérapie externe.
Cobaltothérapie : Traitement basé sur l'utilisation des rayons émis par un appareil spécifique.
Cœlioscopie : Visualisation de la cavité abdominale par une caméra introduite par un trocart au niveau de l'ombilic. D'autres trocarts permettent d'introduire les instruments. La cœlioscopie permet de réaliser aujourd'hui de nombreuses interventions chirurgicales, tout en évitant une large cicatrice abdominale.
Colique : Douleur siégeant dans les viscères abdominaux.
Colite : Inflammation du gros intestin. (colon).
Colle biologique : Substance injectée dans les trajets des fistules dans l'espoir de les fermer.
Colon : Appellation scientifique du gros intestin. Il fait suite au "petit intestin" (intestin grêle) et se termine au niveau de l'anus : il a comme principal rôle le stockage et la déshydratation des selles.
Côlon descendant : Segment du côlon étendu verticalement dans le flanc gauche et situé entre l'angle colique gauche et le sigmoïde du côlon.
Colon sigmoïde : Portion terminale du côlon (ou gros intestin), mesurant environ 30 cm de long, qui s'abouche avec le rectum.
Côlon transverse : Portion du côlon qui longe la ligne médiane sous l'estomac et rejoint le côlon descendant.
Coloscopie (colonoscopie) : Examen visuel du colon réalisé en introduisant par l'anus un tube souple de plus d'un mètre muni à son extrémité d'une petite caméra vidéo comparable à un caméscope miniaturisé (Coloscope ou Colonoscope).
Colostomie : Intervention chirurgicale consistant à aboucher une zone du colon à la peau : l'orifice créé s'appelle un orifice de colostomie (anus artificiel).
Colostomie temporaire : Une colostomie temporaire sert à laisser reposer la portion de l'intestin atteint.
Condylome : Petite tumeur inflammatoire d'origine infectieuse, localisée sur la muqueuse génitale ou anale.
Condylome acuminé : Lésion exophytique unique ou multiple, rosée ou grisâtre, à crêtes dentelées, localisée ou disséminées.
Congénital : Qui est présent à la naissance.
Constipation : Signe ou ensemble de signes décrits par le malade comme l'émission de selles trop rares (constipation de transit) ou dans des conditions très difficiles d'évacuation par l'anus (constipation d'évacuation).
Constipation terminale : Trouble de l'évacuation des selles à la partie terminale du rectum.
Contamination : Envahissement par les micro-organismes d'un objet, d'une substance ou d'un organisme vivant.
Contre-indication : Situation présente chez un malade qui empêche la réalisation d'un traitement. Ce signe peut être une maladie, une interventions chirurgicale passée, des médicaments. Le traitement peut être un médicament (c'est le plus souvent à ces fins qu'on parle de contre-indication) ou une intervention chirurgicale.
Coliques Néphrétiques : Migration de calcul dans les voies urinaires entraînant des douleurs intenses.
Curiethérapie : Modalité de radiothérapie, nécessitant une hospitalisation en secteur protégé, pratiquée au moyen de petites sources radioactives placées temporairement au contact des zones à traiter.
Cyanose : Coloration bleuâtre des téguments.
Cystectomie : Ablation totale ou partielle de la vessie.
Cystite : Inflammation de la vessie.
Cystographie : Radiographie de la vessie.
Cystoscopie : Examen direct de la vessie à l'aide d'un cystoscope.

Cytologie : Examen d'orientation diagnostique par analyse microscopique de cellules obtenues par ponction à l'aiguille fine ou frottis.
Cytométrie de flux : Etude d'éléments cellulaires associant l'informatique et le marquage des substances cellulaires à l'aide de faisceaux laser.
Cytoponction : Prélèvement (ponction) effectué à l'aiguille fine pour analyse au microscope des cellules obtenues.

Retour en haut de page
D


Défécographie : Examen radiologique permettant d'analyser le fonctionnement du rectum lors de la défécation, à la recherche notamment d'un prolapsus (extériorisation) de celui-ci.
Dépistage : Recherche systématique de maladie latente (sans symptôme apparent) ou pas, réalisée, le plus souvent, chez des sujets à risque. On tente de généraliser des opérations systématiques de dépistage.
Dermo-Jet : appareil qui injecte le produit automatiquement, sans piqûre.
Déshydratation : Perte d'eau de l'organisme.
Dérivation urinaire : Semblable à une stomie urinaire, il peut être question d'un des divers types de chirurgie pratiquée à la suite d'une insuffisance fonctionnelle ou la perte d'une vessie. Dans une telle intervention, un abouchement est réalisé pour assurer le drainage urinaire.
Diarrhée : Evacuation de selles trop fréquentes et/ou trop liquides et/ou trop importantes. Les médecins parlent volontiers de diarrhées à partir de données quantifiées (poids de selles par 24 heures).
Diète : Abstention d'alimentation.
Diète hydrique : Régime à base de liquide uniquement.
Digestion : C'est l'ensemble des transformations des aliments ingérés qui permettent leur utilisation par l'organisme.
Dilatation retrograde : Se dit d'une dilatation qui ne se fait pas dans le sens physiologique : dans les conditions physiologiques l'anus se dilate de haut en bas c'est à dire de dedans en dehors.
Dilater : Augmenter de volume ou se distendre au-delà de la dimension normale.
Distal : Qui est le plus éloigné d'un point de référence.
Diurèse : Volume des urines émises pendant 24 heures. Quantité et composition.
Diverticule : Hernie développée dans la paroi d'un organe digestif creux. Les diverticules du colon sont le plus souvent rencontrés : ils sont en règle générale multiples et siègent surtout dans la partie gauche du colon.
Diverticulite : Une inflammation d'un diverticule du côlon.
Diurétique : Qui permet l'augmentation de la sécrétion d'urine.
Drainage lymphatique : Drainages manuels ou mécaniques (pressothérapie) effectués pour améliorer une circulation lymphatique déficiente ou engorgée.
Duodénum : Portion initiale de l'intestin grêle qui succède à l'estomac.
Dysplasie : Anomalie de sévérité variable, mais qui reste non cancéreuse, d'un tissu, pouvant peut être exposer à un risque majoré de cancer ultérieur.
Dyspepsie : Difficulté à digérer.
Dystrophie : Anomalie du développement d'un organe.
Dysurie : Difficulté à uriner.

Retour en haut de page
E


Echographie : Technique d'imagerie médicale utilisant la réflexion (écho) d'un faisceau d'ultrasons par un organe (rein, foie, prostate...), ceci à l'aide d'une sonde externe. Les images obtenues sont observables sur un écran-vidéo. Cet examen est indolore.
Effets secondaires : Signes non désirés provoqués par un traitement le plus souvent médicamenteux (effets indésirables).
Effluent : Matière solide ou fluide évacuée du corps, telles les selles ou l'urine.
Endoscope : Examen visuel des organes du tube digestif réalisé en introduisant par la bouche ou par l'anus un tube souple muni à son extrémité d'une petite caméra vidéo comparable à un caméscope miniaturisé. Cet appareil permet en outre la réalisation de prélèvements ou de traitements.
Endoscopie : Examen d'une cavité du corps humain à l'aide d'un appareil optique muni d'un dispositif d'éclairage (endoscope).
Endoscopie haute : examen d'une cavité interne du corps humain, réalisée au moyen d'un appareil optique muni d'un dispositif d'éclairage; dans ce cas: l'œsophage, l'estomac et le duodénum.

Entérite : Inflammation de l'intestin.
Entérocolite nécrosante : Ulcération étendue et nécrose (la mort des cellules) de l'iléon et du côlon.
Enurésie : Incontinence urinaire nocturne.
Erythème : Rougeur d'un revêtement (peau, tube digestif).
Essai clinique : Etude réalisée avec des malades pour montrer scientifiquement l'efficacité d'un traitement : toutes les précautions de sécurité sont prises pour respecter l'anonymat, informer et protéger les malades des effets (secondaires) du traitement.
Estomac : Partie du tube digestif entre l'oesophage et l'intestin grêle.
Etiologie : Cause d'une maladie ou d'un signe.
Examen anatomopathologique : Etudie les modifications de forme ou de structure provoquées par la maladie, et notamment des altérations tissulaires microscopiques.
Examen extemporané : Etude microscopique des tissus prélevés au cours d'une intervention chirurgicale.
Exérèse : Intervention chirurgicale visant à enlever une partie ou la totalité d'un organe. L'exérèse est dite «élargie» si elle dépasse les limites anatomiques de l'organe en question.

Excision : Ablation chirurgicale de toute ou partie d'un tissu malade de l'organisme.
Excoriation : Peau rouge à vif. Une érosion ou une ulcération superficielle de la peau provoquée par grattage ou réaction chimique.
Excrétion : Rejet naturel de fluides provenant du corps.

Retour en haut de page
F

Facteurs de pronostic : Eléments permettant de prévoir l'évolution probable de la maladie.
Faux besoins : Emissions de mucus, de glaires (comme des crachats) ou de sang à la place de la selle lors de la défécation.
Fécalome : Accumulation excessive de matières dans la partie terminale du colon au dessus de l'anus (rectum).
Fèces : Matières, selles, caca.
Fer à Cheval : Type particulier de fistule anale avec trajet faisant communiquer les deux côtés.
Fibrome : Tumeur conjonctive (tissu conjonctif : substance contenant des cellules et des fibres) bénigne formée de fibroblastes responsables de la formation des fibres.
Fibroscopie : Exploration d'un organe à l'aide d'un fibroscope ; la vision de l'intérieur des cavités s'effectue grâce à des fibres flexibles (verre ou plastique) que l'on introduit dans les orifices digestifs ou respiratoires.
Fièvre : Elévation de la température de l'organisme. > à 37°7.
Fissure anale : Plaie longitudinale ou déchirure du revêtement du canal anal apparaissant dans la partie basse de l'anus. Cette plaie douloureuse a tendance à ne pas cicatriser spontanément.
Fistule : Zone infectée qui prend un aspect de canal et qui fait communiquer deux zones différentes de l'organisme. La fistule anale se caractérise par l'écoulement de pus par un orifice à coté de l'anus : elle traduit une infection alimentée par un orifice qui siège dans le canal anal. Se dit aussi dans le cas d'une ouverture anormale au niveau d'une anastomose par laquelle peuvent diffuser des matières fécales. Afin d'éviter ses conséquences (abcès, péritonite), on peut réaliser une stomie temporaire qui court-circuite l'anastomose.
Fistule anale : Communication anormale entre l'intérieur du canal anal (point de départ : orifice primaire, orifice interne) et la peau (point d'arrivée : orifice secondaire ou orifice externe).
Fistulectomie : Intervention consistant à enlever le trajet fistuleux.
Fistulotomie : Intervention consistant à sectionner longitudinalement le trajet fistuleux.
Flatuosité : Gaz accumulé dans les intestins qui peut être expulsé du tube digestif par l'anus ou la stomie. Flatulence signifie péter .
Frottis : Méthode de détection des anomalies du col utérin par recueil direct des cellules qui en proviennent.

Retour en haut de page
G


Ganglions lymphatiques : Structure du système lymphatique qui joue le rôle mécanique d'un filtre et le rôle biologique de barrière immunitaire, permettant à l'organisme de combattre les infections ou les tumeurs.
Gastrite : inflammation de la muqueuse de l'œsophage.

Gastro-entérologue : Médecin spécialisé dans les maladies de l'appareil digestif.
Gastroscopie : Radiologie de l'estomac.
Gastrostomie : Abouchement de l'estomac à la peau. Opération consistant à établir une ouverture de la paroi de l'estomac avec abouchement à la paroi abdominale permettant l'apport direct de nourriture.
Glandes d'Herman et Desfosses : Glandes microscopiques situées à l'intérieur du canal anal dont l'infection provoque les fistules anales.
Glycosurie : Présence de sucre dans les urines.

Gray : Unité de mesure utilisée en radiothérapie pour définir la dose de rayonnements délivrée aux organes traités.
Greffe médullaire : Greffe de moelle osseuse.
Gros intestin : Côlon.

Retour en haut de page
H


Hématurie
: Présence de sang dans les urines.
Hémobilie : saignement dans les voies biliaires.
Hémopathie : Maladie du sang.

Hémorragie : Saignement habituellement abondant.
Hémorroïdes : Constituants normaux de l'anus qui associent des vaisseaux de petite (artérioles) et de grande (lacs sanguins veineux) tailles, un revêtement de surface et un système d'ancrage au plan profond. Ces éléments peuvent être responsables de saignements, de douleurs ou d'une tuméfaction.
Hémorroïdectomie : Traitement qui consiste à enlever la plus grande partie des hémorroïdes à l'occasion d'un acte de chirurgie.
Hémostatique : dont le but est d'arrêter les hémorragies.
Hernie : sortie d'un organe.
Histologie : Science qui étudie à l'aide du microscope la formation, l'évolution et la composition des tissus des êtres vivants.
Hormones : Substances chimiques produites par certaines glandes de l'organisme.
Hormonothérapie : Traitement hormonal généralement donné par voie orale pendant de longs mois et qui a peu d'effets secondaires. Utilisée surtout dans certaines maladies du sein et de la prostate.
Hypertension portale : relative à la veine porte.
Hypoesthésie : affaiblissement d'un type ou de différents types de sensibilité.

Retour en haut de page
I


Iatrogène : Se dit d'un inconvénient directement lié à un traitement.
Iléon
: Troisième partie de l'intestin grêle entre le jéjunum et le côlon.
Iléostomie : Abouchement de l'iléon à la peau.
Immunologie : Etude des réactions immunitaires de l'organisme, essentiellement entre anticorps et antigènes (cf anticorps, antigène).
Immunothérapie : Traitement consistant à moduler les réactions immunitaires de l'organisme (ex : interféron, interleukines).
Impériosité : Impossibilité de retenir l'envie d'aller à la selle plus de 15 minutes. Se voit notamment après proctectomie et anastomose colo-anale ou colo-rectale.
Inertie colique : Constipation majeure (c'est à dire avec habituellement moins de 2 selles par semaine environ), chez des patients qui ne ressentent aucun besoin d'aller à la selle pendant plusieurs jours de suite.
Incision : Section effectuée au sein d'un tissu (plaie chirurgicale).
Incontinence : Perte incontrôlée et/ou involontaire du contenu du colon (incontinence fécale) ou de la vessie (incontinence urinaire).
Indication (thérapeutique) : Signe ou maladie qui motive le recours à un traitement médical ou chirurgical.
Infection : Envahissement de l'organisme par un germe.
Inflammation : Ensemble des mécanismes mis en jeu par l'organisme pour lutter contre une agression (infection, plaie). Sa traduction habituelle est la rougeur (érythème) et l'œdème d'un tissu.
Injection sclérosante : Injection d'un petit volume de produit irritant lors d'une piqûre pour faciliter la cicatrisation d'une fissure anale.
Intestin : Viscère abdominal allant de l'estomac à l'anus.
Intestin distal : Qui est le plus éloigné du tronc, de la ligne médiane ou du coeur. Par exemple, le rectum est la partie distale du côlon.
Intestin grêle : Premier segment de l'intestin qui fait suite à l'estomac et qui précède le gros intestin. Constitué de trois parties anatomiques, l'intestin grêle mesure de 6 à 7 mètres et communique avec le côlon.
Intra-Canalaire : Tumeur du sein qui siège à l'intérieur des canaux galactophores (canal excréteur de la glande mammaire, d'où s'écoule le lait vers le mamelon).
In situ : Lésion ne présentant pas de risque d'évolution à distance, car se développant exclusivement en surface d'un organe (col utérin, canal mammaire).
Invasif : Caractère d'une tumeur qui s'étend, envahit les tissus voisins.
Irathérapie : Traitement de certains cancers (thyroïde par ex.) par administration d'un produit radioactif qui se fixe seulement sur les tumeurs et dont l'excès est éliminé durant une hospitalisation en chambre protégée.
I.R.M. (Imagerie par Résonance Magnétique) : L'IRM n'utilise pas de radiation ionisante. Cette technique repose sur la vibration des atomes d'hydrogène, lorsque ceux-ci sont situés dans un champ magnétique intense. Ce système permettant d'obtenir des images « en coupes » du corps humain. Cet examen nécessite que le patient soit placé au centre d'un gros électroaimant dont l'entrée ressemble à celle d'un tunnel.
Irradiation : Exposition à une source de rayonnement.
Irritation : Réaction inflammatoire d'un tissu à la suite d'une blessure.
Ischémie : Diminution de l'apport sanguin provoquée soit par une chirurgie, soit par une occlusion d'un vaisseau sanguin.

Retour en haut de page
J

Jéjunostomie : Déviation des matières intestinales de la deuxième partie anatomique de l'iléon (jéjunum) vers l'extérieur du corps par une ouverture (stomie) dans la paroi abdominale.
Jéjunum : Partie de l'intestin grêle qui fait suite au duodénum
Retour en haut de page
K


Kyste
: Tumeur, en règle générale, bénigne, habituellement remplie de liquide ou d'une substance plus ou moins fluide.

Retour en haut de page
L


Lambeau d'avancement (Flap) : Technique chirurgicale de traitement des fistules anales utilisant un lambeau muco-musculaire pour recouvrir l'orifice interne.
Lames de fixation : Coupes fines de tissus obtenus lors d'une biopsie, montées sur lame de verre et fixée. Ce type de coupes demande une assez longue préparation.
Laparotomie : Ouverture de la paroi abdominale permettant de réaliser une intervention chirurgicale. Habituellement on réalise une laparotomie dite médiane, c'est à dire en effectuant une incision verticale au milieu de l'abdomen.
Laser : Appareil utilisant un faisceau lumineux amplifié, permettant de détruire avec précision les lésions superficielles visibles, soit directement (col utérin, par ex), soit grâce aux appareils optiques (larynx, œsophage, œil...).
Laxatifs : Utilisés en cas de constipation, médicaments ou substances facilitant le transit intestinal ou l'évacuation des matières.
Leucopénie : Baisse du taux des globules blancs.
Ligature : Méthode créant un étranglement d'une zone tissulaire qui peut être le revêtement de surface au dessus des hémorroïdes internes (traitement instrumental des hémorroïdes : ligature élastique) ou des vaisseaux apportant le flux sanguin (traitement chirurgical des hémorroïdes : ligature du pédicule vasculaire).
Ligne pectinée : Ligne séparant l'anus en bas du rectum en haut. Repère utilisé lors de la chirurgie du rectum pour la réalisation à son niveau d'une anastomose colo-anale, ou au-dessus, d'une anastomose colorectale.
Lipide : Graisse.
Lithiase : Calcul biliaire ou urinaire.
Lumière rectale : Terme utilisé pour désigner l'intérieur du rectum, qui peut être, à partir de la paroi, le siège d'une tumeur.
Lymphatique (système) : Ensemble des vaisseaux et ganglions où circule la lymphe chargée d'évacuer les déchets de l'organisme.
Lymphocèle : Poche lymphatique contenant un liquide clair (lymphe) pouvant nécessiter une ponction ou un drainage.
Lymphœdème : Augmentation de volume d'un membre par accumulation de lymphe et de protéine, secondaire à l'atteinte du système lymphatique, souvent iatrogène.
Lymphome : Tumeur maligne du tissu lymphoïde (ganglions et vaisseaux lymphatiques)

Retour en haut de page
M


Maladie d'Hirschsprung
: absence de plexus ganglionnaires dans la paroi du rectum et du côlon.
Maladie de Crohn : Souvent appelée iléite régionale ou entérite régionale, il s'agit d'une affection inflammatoire non précise pouvant atteindre toutes les régions de l'intestin. Fréquemment localisée à l'iléon terminale, l'affection peut être aiguë ou chronique.
Marquage : Procédé utilisé à des fins d'études, pour mettre en évidence diverses cellules et leurs composants par fixation d'une substance radioactive, le plus souvent injectée par voie intraveineuse dans l'organisme du patient.
Marqueur : Substance sécrétée par des cellules tumorales, le plus souvent dosée dans le sang, pouvant être le reflet de l'évolution de la maladie.

Méat urinaire : Orifice extérieur de l'urètre par où sort l'urine.
Mésentère : Tissu membraneux qui suspend et soutient, dans la cavité du corps, divers organes auxquels sont destinés des vaisseaux sanguins et des nerfs.
Mésorectum : Tissu cellulo-graisseux entourant le rectum, qui peut être le siège d'un envahissement tumoral. C'est la raison pour laquelle il doit être enlevé en totalité avec le rectum en cas de cancer.
Métastases : Cellules cancéreuses ayant migré à distance d'une tumeur primitive initiale et pouvant être à l'origine d'un foyer cancéreux secondaire.
Morbidité : Terme englobant l'ensemble des complications, non mortelles, pouvant survenir après une intervention thérapeutique chirurgicale ou médicale (phlébite, infection pulmonaire, abcès, péritonite, fistule, ... etc).
Mucus : Produit clair et filant de sécrétion normale des glandes muqueuses qui comprend la mucine, les cellules épithéliales, les leucocytes et les divers types de sels inorganiques suspendus dans l'eau.
Myorraphie : Procédure chirurgicale visant à rapprocher, resserrer et suturer une ou plusieurs structures musculaires entre elles. En proctologie, cette technique est plutôt réservée aux gestes de réparation ou de consolidation des muscles du plancher pelvien et des sphincters de l'anus.

Retour en haut de page
N


Nausée
: Envie de vomir.
Nécrose : C'est la mort d'un tissu quel qu'il soit.
Néphrectomie : Ablation totale ou partielle du rein.
Néphrite : Inflammation du rein.
Néphrologue : Médecin spécialisé dans les maladies des reins.
Néphropathie : Maladie du rein.
Néphrostomie : Opération de dérivation des urines des reins et de l'uretère par abouchement (stomie) à la peau de la paroi abdominale.
Néoplasie : Formation d'une tumeur.
Néoplasie intraépithéliale : Cancer superficiel ne franchissant pas la membrane basale, autrement appelé dysplasie de haut grade, sans risque d'extension ganglionnaire ou métastatique.
Neuro-modulation des racines sacrées : Technique nouvelle utilisée dans l'incontinence fécale, à la place du sphincter artificiel. Le principe est de placer lors d'une intervention chirurgicale des sondes qui vont stimuler les nerfs qui participent à la continence des selles.
Nodule : Petite masse ou saillie formant une sorte de renflement.
Numération Formule Sanguine : Dénombrement des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes à partir d'un échantillon de sang.
Nutrition : Ensemble des phénomènes qui contribuent à l'assimilation et à l'utilisation par l'organisme des substances nécessaire à la vie. ( = digestion + absorption + transport nutritif + utilisation + élimination)

Retour en haut de page
O


Occlusion
: C'est l'oblitération d'un conduit naturel.
Œdème : Accumulation de sérosités dans un tissu qu'elle déforme : c'est parfois l'expression de l'inflammation d'un tissu.
Œsophagite : inflammation de l'œsophage.
Ombilic : Nombril.
Oncogène : Fraction d'ADN présente dans toutes les cellules, il participe à la transformation maligne de la cellule lorsqu'il devient anormal. On sait reconnaître actuellement une centaine de ces oncogènes. (cf. ADN)
Oncologie : Synonyme de cancérologie.

Orifice externe : Point d'arrivée d'une fistule anale au niveau de la peau.
Orifice interne : Point de départ du trajet des fistules anales par l'infection d'une glande d'Herman et Desfosses.

Retour en haut de page
P

Palliatif : Qui soulage sans guérir la maladie.
Palpation : Technique simple consistant à passer les doigts sur la peau pour sentir les organes et tissus sous-jacents. Permet de déceler une tumeur ou d'autres anomalies.
Pectinée (ligne) : Zone interne horizontale siégeant dans la partie moyenne du canal anal qui délimite deux surfaces différentes du revêtement de l'anus.
Péri-anal : Qui entoure l'anus.
Périnée : Surface sur laquelle on repose en position assise : elle comprend les éléments superficiels compris entre le pubis et le coccyx. Cette zone est comprise entre l'anus et le vagin chez la femme et entre l'anus et les bourses chez l'homme.
Péristaltisme : Mouvement constitué par une succession de contractions qui permet à l'intestin d'assurer la propulsion de son contenu.
Péristomial : Désigne la peau entourant une stomie.
Péritoine : Membrane séreuse très lisse tapissant les parois internes des cavités abdominales.
Péritonisme : inflammation interne.
Péritonite : Inflammation de la paroi abdominale (le péritoine).
Pharmacocinétique : Etude du devenir des médicaments dans l'organisme.
Pochite : Inflammation du réservoir de grêle situé juste au dessus de l'anus dans l'anastomose iléo-anale. Complication observée chez environ 20 à 40% des patients opérés, et se manifestant par des douleurs abdominales bas situées, une diarrhée et de la fièvre. Traitement antibiotique le plus souvent très efficace.
Polype : Formation se développant à partir de la muqueuse colique. Cette tumeur bénigne du côlon est dite "sessile" quand son pied d'implantation est large et court ou "pédiculé" quand le pied est long et mince. Cette excroissance augmente progressivement de volume et peut dégénérer au bout de quelques années en véritable cancer. L'ablation précoce d'un polype par coloscopie peut constituer une prévention efficace du cancer colorectal. Au stade de polype bénin, celui-ci ne donne pas habituellement de symptômes cliniques. Il est découvert ainsi habituellement lors de coloscopies de surveillance chez des patients à risque (antécédents personnels ou familiaux de cancer colorectal).
Polypose : Affection héréditaire ou congénitale où des milliers de polypes se développent dans le gros intestin et qui peut aboutir à un cancer.
Prépuce : Repli cutané qui entoure le gland à l'extrémité de la verge.
Ponction : Prélèvement de cellules, à l'aide d'une aiguille fine par exemple.
Prémédication : Prise de médicaments, avant le traitement principal, afin d'en minimiser les effets secondaires.
Proctectomie : Autre terme désignant l'ablation du rectum, le plus souvent pour cause de cancer, mais aussi parfois pour d'autres maladies (comme la recto-colite hémorragique). Proctologie : Spécialité des maladies de l'anus et du rectum.
Proctologie : Etude des maladies de la région anale et rectale.
Prolapsus : Abaissement, chute, retournement, extériorisation ou issue anormale d'un organe ou d'une partie d'un organe qui perd sa position anatomique normale : on parle aussi de procidence. Chute partielle ou totale d'un organe, par suite du relâchement de ses moyens de fixation et de soutènement.
Prolapsus rectal : Extériorisation de tout ou partie de la paroi rectale à travers l'anus.
Prophylaxie : Ensemble des éléments qui permettent d'éviter la survenue d'un signe ou d'une maladie.
Prostate : Glande annexée à l'urètre chez l'homme.
Prostatectomie : Ablation totale ou partielle de la prostate.
Protéinurie : Présence de protéines dans les urines.
Protocole thérapeutique : Document officiel qui décrit la conduite à tenir pour le bon déroulement de l'étude, et qui codifie le traitement et les examens prévus par l'étude.
Protonthérapie : Radiothérapie utilisant des faisceaux de protons qui permet de délivrer avec précision des doses importantes à une tumeur située à quelques millimètres d'une zone saine.
Proximal : Qui est situé près de l'origine.
Pseudo marisques : Epaississement en relief des plis de l'anus qui peuvent devenir des excroissances gênantes. L'aspect est surtout décrit dans la maladie de Crohn où il s'accompagne d'une réaction oedémateuse.
Pus : Liquide constitué de cellules inflammatoires, de bactéries et de débris de tissus : il est le plus souvent le témoin d'une infection.
Pyélogramme intraveineux : Séries d'images radiographiques des reins prises après l'injection d'un colorant opaque aux rayons X dans une veine.

Retour en haut de page
Q
Retour en haut de page
R


Radio-ionisant : Provoque l'ionisation des molécules constituant les cellules, en particulier celles du noyau, empêchant ainsi leur division. (ionisation : transformation d'atomes en ions)
Radiosensible : Qui peut être altéré par les rayonnements ionisants. Se dit de cellules, tissus, organismes et de différentes substances.
Radiothérapie : Utilisation de radiations ionisantes pour détruire les cellules cancéreuses.
Raghades : Petites fissurations superficielles de la marge anale.
Recto-colite- hémorragique : Inflammation aiguë et chronique du côlon, évoluant par rémission et exacerbation (poussées successives).
Rectopexie : Procédure chirurgicale visant à fixer la paroi du rectum.

Rectorragie : Présence de sang rouge vif dans les selles provenant en général d'un saignement du tractus digestif bas.
Rectoscopie : Examen direct du rectum après introduction d'un endoscope.
Rectum : Partie terminale du colon, cette organe joue un rôle de réservoir au dessus de l'anus et participe aux fonctions de continence et d'évacuation.
Rémission : Absence de tout signe d'évolution de la maladie. Au bout d'un certain délai, la rémission devient guérison.
Réponse : Modification de la maladie induite par le traitement et entraînant son amélioration. Résection : Acte chirurgical consistant à enlever une partie limitée d'un organe.
Résection : Ablation d'un fragment d'organe.
Rétention urinaire : Impossibilité d'évacuer l'urine contenue dans la vessie.

Retour en haut de page
S


Scanner (tomodensitométrie) : Appareil radiologique permettant de visualiser les différentes parties du corps humain en coupes détaillées à l'aide de rayons X associés à un système informatique. L' émetteur de rayons X tourne autour de la région à explorer, les rayons traversent cette région où ils sont partiellement arrêtés, des récepteurs situés en face de l'émetteur mesurent la quantité de rayon restante. L'ordinateur reconstitue, par calcul, une image qui représente une tranche de la région explorée. L'étude des tranches successives permet d'analyser l'anatomie de cette région en fonction de la densité radiologique des différentes structures.
Scintigraphie: Cet examen consiste en l'injection par voie intraveineuse d'une petite dose d'un traceur sanguin radioactif. Celui ci va montrer la répartition du sang au niveau du cœur tant au repos qu'à l'effort et permettre de mettre en évidence des régions du cœur qui recevraient moins de sang lors de l'effort (suite à une sténose ou rétrécissement des artères coronaires (artères du cœur) par exemple). Les isotopes utilisés sont le thallium ou le sestamibi. Ceux ci ne sont ni des colorants et ne contiennent pas d'iode, il n'y a donc pas de risque d'allergie. La dose de radiations que vous recevrez lors de l'injection du traceur radioactif est très faible et correspond environ à l'irradiation que vous recevez lors d'une radiographie de thorax.

Selles : Résidus de la gestion, excréments.
Séries gastro-intestinales : Séries de tests diagnostics.
Sonde de Rubin : sonde souple permettant de prélever un fragment de biopsie d'une tête d'allumette à une profondeur calibrée par aspiration négative ou dépression.
Spina bifida : malformation de la colonne vertébrale dans laquelle les arcs vertébraux, au lieu de se souder l'un à l'autre comme ils le font normalement, restent séparés, si bien que le canal vertébral est ouvert vers l'arrière sur une partie de sa hauteur.
Sigmoïde : Avant dernière partie du colon avant le rectum.
Sphincter : Muscle entourant un conduit qu'il enserre sans le léser : il assure donc une fermeture partielle ou complète, permanente ou intermittente de ce conduit. Ce muscle est commandé par un contrôle nerveux volontaire. Au niveau de l'anus, il existe deux sphincters (interne et externe).
Sphincter artificiel : Matériel implantable placé autour de l'anus qui assure une continence des selles par un système de pression hydraulique. Sphincter externe : Muscle à contraction volontaire qui entoure l'anus.
Sphincter interne : Muscle à contraction involontaire qui entoure l'anus à sa partie la plus interne. Sert à la fermeture permanente du canal anal.
Sphinctérotomie latérale interne : Artifice chirurgical utilisé dans le traitement des fissures de l'anus qui consiste à réaliser une section partielle et incomplète du sphincter anal interne.
Stade : Classification des tumeurs selon leurs taille, extension locale et extension à distance. Ce classement permet le choix de la meilleure stratégie thérapeutique.
Sténose : Rétrécissement anormal d'un conduit ou d'un canal de l'organisme : l'anus ou le colon par exemple.
Stomathérapeute : Infirmière spécialisée en soins de stomie.
Stomie : Technique chirurgicale consistant à aboucher l'un à l'autre deux organes creux (estomac, jéjunum) ou un organe creux à la peau. (côlon, uretère..)
Stomie temporaire : Stomie pratiquée en attendant que la cicatrisation des lésions permette un rétablissement du circuit digestif ou urinaire normal.
Stomie définitive : Stomie pratiquée lorsque les voies digestives ou urinaires sont détruites ou obstruées ou enlevées définitivement.
Symptômes : Signes décrits par le malade qui se plaint.

Retour en haut de page
T

Tégument : Tissus des revêtements externes du corps (épiderme, poil, cheveux, ongles, etc ..)
Température : Degré de chaleur de l'organisme.
Ténesme : Tension douloureuse du rectum avec sensation de brûlure et envies continuelles d'aller à la selle.
Tension Artérielle : Pression sous laquelle le sang circule dans les artères. Une pression artérielle s'exprime en deux chiffres: La Minima qui correspond à la pression atteinte lors de la diastole cardiaque. La Maxima pression atteinte lors de la systole.
Tissu : Structure de l'organisme composé de nombreux petits éléments microscopiques (les cellules) dont l'aspect et la spécialisation détermine la nature de la structure (organe, enveloppe).
Traitement systémique : Traitement visant à atteindre des cellules cancéreuses potentiellement dispersées dans tout l'organisme. (systémique : qui s'intéresse à l'ensemble du système ;ici le corps humain dans son ensemble).
Tube digestif : Ensemble des organes disposés en série ou en parallèle qui contribuent à l'ingestion l'absorption et l'élimination des aliments.
Tumeur : Augmentation de volume d'une partie d'un tissu ou d'un organe, due à la multiplication de cellules.
Tumeur maligne secondaire : Synonyme de métastase.
Tumorectomie : Intervention chirurgicale comportant l'ablation d'une tumeur, sans exérèse de l'organe.

Retour en haut de page
U

Ulcère : Plaie ouverte sur la peau ou sur une muqueuse caractérisée par une lésion du tissu.
Ulcération
: Perte de substance du revêtement cutané ou des muqueuses. Plaie qui creuse.
Uretère : Conduit reliant le rein à la vessie.
Urètérectomie : Ablation totale ou partielle de l'uretère.
Urétrectomie : Ablation totale ou partielle de l'urètre.
Urétérite : Inflammation de l'uretère.
Urétérostomie : Abouchement de l'uretère à la peau. Abouchement chirurgical de l'uretère à la peau (stomie) de la paroi abdominale pour permettre le drainage ou la dérivation des urines.
Urétrite : Inflammation de l'urètre.
Uricurie : Présence d'acide urique dans les urines.
Urologue : Médecin spécialisé dans les maladies de l'appareil urinaire.
Urologie : Partie de la chirurgie qui traite les maladies du rein et chez l'homme de l'appareil génital.
Urostomie : Abouchement d'un des éléments de l'appareil urinaire à la peau.
Retour en haut de page
V

Vessie
: Réservoir contenant l'urine.
Viscère : Organe situé à l'intérieur du corps, particulièrement dans la cavité abdominale.
Vomissement : Rejet par la bouche du contenu de l'estomac.
Retour en haut de page